Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

"Poètes en résonances" vous convie à la soirée du 29 janvier 2016

pour une lecture avec les poètes Abdelkader Djemaï et Tristan Felix

accompagnés du musicien Gaël Ascal

20h Entrée libre 8 rue Camille Flammarion 75018 PARIS M° Porte de Clignancourt

       A l'occasion de la sortie du dernier n°(21) de" La Passe, une revue des langues poétiques" dirigée par Tristan Felix et Philippe Blondeau, et du recueil "SORTS", de TF, aux éd. Henry,

l'active librairie l'Eternel Retour invite pour la seconde fois la poète et artiste T. Felix pour une lecture-spectacle, avec théâtre d'objets, une dédicace ainsi qu'une exposition de ses dessins à la plume.

Le thème "Morts de rire" et la résistance libertaire qui l'accompagne seront d'une actualité brûlante et décalée. L'expo dure 3 semaines, du 10 mai à début juin. Réjouissons-nous car "si tu rêves, t'es pas crevé, alors crève pas! " 

 

lien

        http://lusineamuses.free.fr/ 

Sorts de Tristan Felix

est paru en octobre 2014 aux éditions Henry

dans la collection "La Main aux Poètes"

 

Il n'y a qu'à tendre la main
choper au passage dans la permanence de nos rêves
la durée rémanente de nos illusions
de rêvalistes 
durs & avérés
pour détourner
de nous les autres les
pseudos-contorsionnistes faux dompteurs de nos fauves enfances
ce qu'il en reste de salivante chaleur l'appétit des crocs  le sang d'appétit et d'apppétence sanguinolente aux gencives 
-ô  l'Indolente aux morsures -
les genoux en sang les groles délacées

 

-il n'y a... il n'y a......
il n'y a qu'à ouvrir cette boîte-de-sorts tendue vers notre appétits grandissants par Tristan Félix alias Gove de Crustace poète polyphrène et polymorphe, "Panglosse" de son état de nature, dessinatrice aussi, photographe au-aussi... ô ô si !
 
il n'y a qu'à ouvrir cette boîte des sorts tendue vers nos appétits régressifs & transgressifs sur nos terreurs

 

POUR

 

vouloir remonter au plus loin dans les eaux de nos "Pergonicaspop"

vouloir
équarrire
(-équa-rire- Y A K rire !)
écarteler
hécatomber
 
POUR
découvrir
au fond de nos épuisettes
 
les mélodies d'avant
et dans les recoins lunaires :
 
la fête foraine qui lancerait des sorts---
 
© Murielle Compère-Demarcy, 16 / 04 / 2015.
"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.
"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.
"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.
"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.
"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.

"Sorts" de Tristan Felix, éd. Henry, coll. "La Main aux Poètes" ; octobre 2014.

Là les "six faces débraillées" jetées comme dés de sortilèges "du haut qui penche"

jouent l'envers du destin,

dans le vertige du sort jetant à l'aventure de la vie / à l'aventure de la mort

 

"Jette-toi du haut qui penche

à six faces débraillées

Mets bas ton ciel criblé d'oiseaux

L'inepte féerie compte sur tes osselets

pour saisir l'identique sous l'autre

Quel sort cueuille quoi de rare ?"

 

Le sort saute dans le vide - "du haut qui penche"-, il se balance comme un Pendu

comme

dans Le Petit Théâtre des Pendus que Tristan Felix anime / les Pendus, eux,

rescapés du déséquilibre---

 

"pâlinodek fat'fata, insold'âmes

curlantes

où d'où n'êtes, moîr enternelle,

akmèr i fol ? "

 

Glossolalie, langue inventée avec, des bouts de sens arrachés pour germiner ailleurs.

"Fata", ainsi sont les destins, la "moîr" ou "moira" ainsi va la part de destin en soi

-parts "curlantes", hurlantes (que hurlantes ?)

à récurer le cri

au près du rayon en haut auprès du centre éboulé

du généreux diamètre aux environs de soi---

 

Tristan Felix, poète-clown trash parfois "Gove de Crustace" parle par ailleurs et par mots-et- merveilles -plus nombreuses que 7 enrobant tous de grâce vêtue un monde à part rehaussé des spectacles de Gove de Crustace-

-que le  Gove  crustace / que crust'assez le Gove-

sa majesté du Règne de Féerie -faërie-

poète-clown trash parlant une dizaine de fausses langues à consonnances réelles :

le juponais, l'amerlok, le tétonesque, le chinatoc, l'italique, le rush---

 

Et puis

dans sa dernière "Eclipse du Sommeil"

-petit théâtre d'objets de 15 mn-

Gove Felix alias Tristan de Crustace -alias qui ?

jette en ayant droits

de félicités

trash des dés,

des pendules

qui se balancent

                         se balancent

se balancent

                        se bal---

Tout comme si tout se tenait

et tout se tient,

ficelé

comme rôti !

 

Cf. la video sur le Web sur le rôti de veau de Gove de Roskalnikov ou quelque chose de ce goût...

 

© Murielle Compère-Demarcy, le 27/04/2015.

 

Sur le site www.sitaudis.fr, poésie contemporaine -François Huglo écrit à propos de "Sorts" de Tristan Felix :

"Si Bill Shannon n'avait pas existé, Tristan Felix l'aurait inventé. D'ailleurs toutes ses créatures, dessins et marionnettes, poèmes et clown trash, photographies et contes chamaniques, glossolalies et langues inventées, performances toujours, ressemblent aux figures tournoyantes improvisées, à travers les rues, par le breakdancer et skateboarder se jetant avec ses béquilles comme un oiseau hors du nid : d'un vol, d'un tracé glissé entre ciel et terre, l'un et l'autre suspendent indéfiniment leur chute."

Tristan Felix, ses créatures, dessins & marionnettes, poèmes & clown trash, photographies & contes chamaniques, glossolalies & langues inventées---

suspensions d'une chute improvisée---

"Se jeter comme un oiseau hors du nid"

Se jeter "du haut qui penche

            à six faces débraillées"

 

"Haut chien pendu entre deux tours

fléau !"

 

"Hécatomber"

 

"le corps en balance"

 

escortée de Bill Shannon :

"d'guingois ta hanche

déposa sur la casse de Brooklyn

 

ton oiseau

à hue à dia

tôt envolé

 

enfant de ton échafaudage

scrutch monster à la clinque

salut à ta danse !

 

t'es qui à balancer ta peur

au grand défi de l'échassier ?"

 

"au bout de son cou le cygne

en balancier

hume l'eau"

 

& des créatures, des créatures

monstres / "héron faucheux girafe homme"

 

animaux d'humains

"la génisse d'Isidore"

 

membres de communautés de vies

en métonymie dans des bribes

d'instants         existences en sursis

 

"ma chienne pas morte"

une hyène

un chien ayant bu le sang des dieux

tandis

qu'

"autour de la demeure

le corps des hôtes

meut ses bras gourds"

 

ici "la poule d'eau

décrochée de son aulne"

"si !

du ragondin neuf

à la vase rendu"

 

tandis / tandis

que

"la nuit découpe son papier

sitôt pendu

aux galeries célestes"

 

ici encore

"ça rit pour mordre

ça mord de rire"

 

on se prend consentant

à l'hameçon de l'appétit

d'une artiste-poète

en fête de "Pergonicaspop"

escortant cette troupe

foraine

élancée de ses

lancers de sorts bruissants

comme sortilèges

 

on s'incline

chapeau bas haute bouche sus-

pendue     entre deux tours

 

à cette danse faërique

jetés / nous / "du haut qui penche

à six faces débraillées"

 

à ce monde "felixien" où

d'où l'on naît on n'y

est plus

que d'aller

sans retour avant "sorts"

tant

le Sortilège

 

nous happe le corps

heureux comme un balancier

hors

du temps balancé

"ne veillant plus qu'à vivre"

sur la piste

étoilée

de ce "Petit théâtre

des Pendus" dont la langue

branle

"encore un peu

              l'instant du secret"

 

entre deux pays sages

entre jour & nuit

l'oeil

vacant accroché à la cîme

où "sorts" porte / si beau à voir---

 

Tristan Gove Felix de Crustace

Belle-Fée-Gore---

 

Murielle Compère-Demarcy, le 28/04/2015.

 

 

 

Tag(s) : #Tristan Felix, #clow trash poète

Partager cette page

Repost 0