Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Elle regarde

un rat musqué

lui renvoie

l'image de son corps

 

lisse et ridé

le réel

vers son regard

d'ailleurs /

glisse

 

cette nuit une méduse

est morte

des terriers gisent / ensanglantés

 

L'aube revient

radeau sans méduse

corps de rat musqué /

chaviré

 

Son réveil tombe /

son décor

sur pilotis

 

© Murielle Compère-Demarcy, 29/01/2016

Une femme jeune

fait le tour

du bassin

 

une main

revenante

d'une terre sans âge

sans issue

plonge /

dans ses arênes de Nîmes

 

Elle évalue

la profondeur /

des abîmes

 

Entre secousses et raideurs

à fleur /

l'apparition des rides

 

Autour du bassin

des yeux font le tour

de la jeune femme

Personne

ne lui offre les mains

 

Gicle /

de ses arênes de Nîmes

le cri

d'une délivrance

 

© Murielle Compère-Demarcy, 29/01/2016

47 hivers

que l'arbre-anniversaire

de ma naissance se régénère

dans le jardin

47 hivers

que les larmes de l'absence

tombent sèches

sur mon chemin

© Murielle Compère-Demarcy, 28/01/2016

Nulla die sine poema

2016 POEM

 

nulla die sine poema

pas un jour sans être

une femme / une mère

-indigne ?

 

© Murielle Compère-Demarcy, 28/01/2016

La main grège du poème

tourne la page du quotidien

 

Le livre effacera

toujours l'écran

 

Les yeux remontent

des filets de l'océan

avant terme / avant

toute naissance / renaissance

des vagues de silence

noient les piranhas de la violence

entre les mailles du temps

 

Nos rêves vont

et viennent

et redescendent

galets roulés sur le ventre

de la grève dans /

 

la main grège du poème

 

© Murielle Compère-Demarcy, 28/01/2016

Tag(s) : #Nulla die sine poema

Partager cette page

Repost 0