Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

5e fête de la poésie 2016, à Creil

5e fête de la poésie 2016, à Creil

5e Fête de la poésie, Creil 2016
5e Fête de la poésie, Creil 2016
5e Fête de la poésie, Creil 2016

5e Fête de la poésie, Creil 2016

5e Fête de la poésie, Creil 2016
5e Fête de la poésie, Creil 2016
5e Fête de la poésie, Creil 2016

5e Fête de la poésie, Creil 2016

5e Fête de la Poésie à Creil

Cette année la "Fête de la Poésie" aura rélayé le "Festival de la Poésie", avec une modification dans les modalités de présentation de ce genre littéraire difficile à diffuser auprès d'un public parfois récalcitrant vis-à-vis de la poésie, ou freinés par des prejugés datant souvent de fastidieux souvenirs scolaires.
Cette 5e Fête de la poésie ne fut pas le lieu de rencontres des éditeurs de poésie avec leurs publics acquis ou potentiels, mais plutôt la présentation de différentes formes d'arts au travers desquels peut s'exprimer une vision poétique du monde et de l'imaginaire (albums jeunesse, ateliers d'écriture, dessin, ars graphiques, ---).
Une présentation de la poésie peut-être plus en adéquation avec les attentes d'un public qui en 2016 se montre d'emblée plus facilement  attiré par la représentation d' arts plus visibles comme les arts graphiques, la musique, les vidéo, le théâtre ?

Reste à savoir si la poésie, au sens littéral et pur du terme, en ressort plus forte dans sa réception et diffusion ? Si elle ne se retrouve pas au final noyée dans un médiatique rassemblement des arts dont le plus large public n'est pas forcément celui de ses réels et fidèles lecteurs/acteurs ?

Le 4e Festival de poésie –La Faïencerie, Creil

 

Le 28 mars 2015 se tenait dans le hall de La faïencerie à Creil, le 4e Festival de poésie. La Ville aux Livres organisait cet événement inscrit dans la programmation du Festival Terre de Poésie porté par le Centre Régional Livre et Lecture Picardie, dans le cadre du Printemps des Poètes ouvert cette année sur la thématique de "l’Insurrection poétique". Une dizaine d’éditeurs proposaient leurs publications Bernard Dumerchez, L’Arbre, Cadastre8zéro, Corps Puce, Eclats d’Encre, les éditions Henry, L’Iroli, Nadopra, Siranouche, les Adex... Une vingtaine d’auteurs étaient venus présenter leur travail. Expositions (dont l’hommage à la maison creilloise spécialisée dans la bibliophilie, Bernard Dumerchez, éditrice de livres d’artistes et comptant plus de 250 ouvrages à son catalogue (poésie, littérature, théâtre,…) et ateliers complétaient lectures, rencontres, conférences.

Notre stand des Adex en présence d’Adrienne Dorsay, Marie-Claude Pellois, Hervé Hyacinthe, Murielle Compère-Demarcy, permettait de découvrir ou d’enrichir ses collections de poésie : Tipoème, Trio-poèmes, Grafipoèmes ainsi que des ouvrages d’auteurs qui étaient proposés sur le stand, auteurs des Adex illustrés parfois par des artistes du Valois pour la plupart. L’édition de recueils de poèmes collectifs attirèrent souvent l’intérêt des visiteurs, anthologies, publications issues de jeu-concours d’écriture organisés par l’association des Adex sur des thématiques diverses. Hervé Hyacinthe, poète-ouvrier dont les Adex a publié trois recueils et auteur pour sa dernière publication de Soleil à crédit, a lu au cours de cette journée certains de ces textes parcourus justement par le souffle de l’insurrection et de l’insoumission. Jean Foucault des éditions Corps Puce et directeur de la Maison nomade de poésie en Picardie a tenu une conférence autour de l’engagement permanent de la poésie et de ses poètes aujourd’hui, en France et dans le monde, exemples concrets à l’appui dont les implications sociales que développe la Maison nomade de poésie en Picardie. Jacques Darras interviewé par Alexandra Oury-Blaire a présenté, lecture vivifiante et éclairante à l’appui, son ouvrage Blaise Pascal et moi dans la Voix lactée, publié aux éditions le Castor Astral. L’invité d’honneur Hubert Haddad, également interviewé par Alexandra Oury-Blaire, n’a pas manqué d’aviver les feux de la poésie en rallumant quelques pages de ses poèmes, lecture à haute voix et mise en scène tout à fait originale, en présence de l’écrivain et conteuse Anne Mulpas : des bribes de poèmes furent ainsi jetés à notre écoute par une lecture improvisée effectuée au hasard d’un tour de main pas facile mais réussi, tenant d’une main et tournant les pages de plusieurs recueils à la fois dans une même fluidité, jouant avec le hasard exhumant des trésors de sortes de "cadavres-exquis"…. Hubert Haddad, un "artisan de l’imaginaire" ("le réalisme est" d’ailleurs pour lui "un département de l’imaginaire") dont l’œuvre couvre plusieurs genres (roman, poésie, théâtre, peinture,…). Figure symbolique en ce printemps 2015 de l’Insurrection poétique que ce créateur né à Tunis récemment théâtre ensanglanté par le terrorisme, chez qui l’écrit prend également valeur et fait acte de résistance. N’oublions pas enfin l’émouvant hommage rendu à Gilbert Desmée, poète et essayiste disparu en août 2014, par son épouse Maria Desmée plasticienne et poète, puis par Jean-Louis Rambour, compagnon de route et de poésie. Une poésie ouverte sur la vie et sur le monde, enrichissante, émouvante, édifiante ; une poésie ouverte sur les autres poésies, à l’image de ce 4e Festival de poésie. Nous sommes repartis de ce Festival de Poésie "en rêvant d’une flamme d’or" (Hubert Haddad).

La journée s’est poursuivie par une soirée cabaret où des chanteurs poètes étaient à l’honneur autour du thème "l’Insurrection poétique", en présence de la Compagnie de l’Uppercut, des slameurs La Gamberge, de La Compagnie Répliques avec ses mimes et ses impros, les lectrices de la Médiathèque…

© Murielle Compère-Demarcy, 11/04/2015

Jean-Louis Rambour lisant "In Memoriam", en hommage au poète Gilbert Desmée ; Creil, 28 avril 2015.
Jean-Louis Rambour lisant "In Memoriam", en hommage au poète Gilbert Desmée ; Creil, 28 avril 2015.

Jean-Louis Rambour lisant "In Memoriam", en hommage au poète Gilbert Desmée ; Creil, 28 avril 2015.

maria Desmée interviewée par Alexandra Oury-Blaire ; Creil, 28 avril 2015.

maria Desmée interviewée par Alexandra Oury-Blaire ; Creil, 28 avril 2015.

Supplément du compte-rendu sur le 4e Festival de Poésie du 28 avril 2015

Maria Desmée a rappelé l'engagement total de son époux au service de la poésie, relégué  par Jean-Louis Rambour affirmant : "Il a vécu en poésie."

L'éventail de l'investissement de Gilbert Desmée en poésie était large, en lien avec la conception d'une poésie ouverte sur les monde. "Sapriphage" d'ailleurs, nom de la revue de création dont Gilbert Desmée fut Directeur de Publication de 1987 à 2001, provenait comme le rappela Maria Desmée, du domaine de la viticulture où saprio issu de saprien, renvoie à l'idée d'une fermentation, à l'image de ce vin donné à boire après macération. Processus de fermentation et de maturation analgue au processus créatif à l'oeuvre chez le créateur chez qui jaillit une poésie flambant toujours neuve au fil du temps, dans le flux d'une continuité et d'une durée créatrices mêlangeant les rythmes des aléas du quotidien et d'une imagination associés pour la cause créatrice, inaltérable, indestructible.

Maria Desmée n'a pas manqué de souligner l'ouverture sur le monde de la poésie de Gilbert Desmée, -une poésie ouverte sur le monde et sur les autres poésies. Nous nous enrichissons en côtoyant la poésie du monde, a-t-elle rappelé. La poésie de Gilbert offrait une sensibilité, donnait une émotion. D'autant que le poète et essayiste était également pédagogue, en tant qu'éducateur spécialisé et en tant qu'enseignant et formateur ; en tant qu'animateur d'ateliers d'écriture auprès des jeunes du primaire mais aussi jusqu'en université, pour des enseignants, des bibliothécaires ou des éducateurs ; organisateur d'événements autour du livre et de l'écriture. Mais aussi et surtout, insista Maria Desmée, Gilbert Desmée était un pédagogue inné.

Nous continuerons éternellement de lire cet amoureux de la poésie qui ressentait / vivait les mots comme des entités vivantes / vivifiantes.

Festival de poésie, à Creil
Jean-Louis Rambour rendant hommage au poète-ami Gilbert Desmée avec "In Memoriam"
Jean-Louis Rambour rendant hommage au poète-ami Gilbert Desmée avec "In Memoriam"

Jean-Louis Rambour rendant hommage au poète-ami Gilbert Desmée avec "In Memoriam"

"Quand il est midi à Roisel

il est six heures à Westlake ou à peu près.

“Westlake, Ohio, the perfect place to live,

learn, work and play”, disent-ils.

Sauf que là-bas, le jour ne se lève plus.

A six heures, midi, quel que soit le décalage.

C’est d’un noir, d’un froid ces bords du lac Erié, d’un triste.

Rien, rigoureusement rien, pas un oiseau,

pas une fille ramant sur Chagrin River,

pas un air de rock, de jazz, une note de vent, quelque chose de Bartok, d’Enescu,

un joli quintette, par exemple, comme en aime Maria,

pas un souffle de bouche de métro,

une sirène de camion de pompiers américains,

ni le bruit des pommes de terre sautées dans la poêle,

de la dinde sortant du four en grésillant,

du steak se recroquevillant sur feu vif,

du parfum frais de la ciboulette, pas un sein

une jambe, un entrejambe, ni un rubis, une opale

une aigue-marine, une serpentine, rien, la mort

c’est RIEN de RIEN, surtout pas un seul mot, pas

un seul coup de gueule, pas de temps qui passe, traîne,

d’horaire à prendre en note. Dans la mort

on n’est plus pressé, on n’est pas en retard. On

n’est pas, point c’est tout. Pas compliqué.

Nous les vivants, on se regarde, ils me

regardent, je suis vivant, nous le sommes, on peut

lever notre poing fermé, se gratter le front,

sentir dans sa poitrine sa petite douleur à soi,

prendre un poème de Gilbert, le lire, ne pas le lire,

découper chaque mot aux ciseaux, les lancer en l’air,

tiens, ils retombent en formant les mêmes phrases,

mêmes idées, mêmes amours, les mots

ont la tête dure, quand ils affirment quelque chose,

il faut les écouter, j’allais dire « leur obéir » et il faut

préparer, rouler en bouche et cracher comme pépins de raisin

ceux qui empêchent de mourir, à Westlake ou ailleurs,

répéter le mot « vie », « nous sommes vivants »,

« nous sommes vivants » ! Gilbert, nous vivons !

Et je vois tes grandes mains battre cette mesure."   Jean-Louis RAMBOUR

Festival de Poésie et de la B.D. à La Faïencerie de Creil, avec Jacques Darras et Philippe Lacoche, avril 2014

Festival de Poésie et de la B.D. à La Faïencerie de Creil, avec Jacques Darras et Philippe Lacoche, avril 2014

Festival de la Poésie et de la B.D., Creil 2014, avec des auteurs, illustrateurs de bandes-dessinées,  comme Régis Hautière et Hardoc pour les Lulus.

Festival de la Poésie et de la B.D., Creil 2014, avec des auteurs, illustrateurs de bandes-dessinées, comme Régis Hautière et Hardoc pour les Lulus.

Tag(s) : #Evénements

Partager cette page

Repost 0