Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Extrait de: Les Herbes Folles poussent bien parmi celles qui ne le sont pas.

Quand je suis tout seul, je me parle un peu et je sais qu’il y a toujours quelqu’un pour m’entendre. Derrière un mur, il y a toujours une oreille à l’affut : la voisine du dessous, le voisin d’à côté ou la famille du dessus. Quand je parle tout seul, je parle de tout ce qui peut m’intéresser. Je me pose des questions et je réponds tout de suite. Parfois je cherche longtemps pour me poser une question, mais je sais attendre je suis vraiment patient. Quand je me vois chercher je pense à autre chose, ou alors je m’occupe en bricolant un peu. Et quand j’ai la question il faut que je m’appelle, quand je suis très loin je peux même crier. Alors j’accours et j’avance sur le champ quelques idées comme ça pour répondre quelque chose. Si je ne suis pas content de mes nouveaux arguments, je me fâche un peu et pose quelques questions. Qu’est-ce que tu bricolais pendant que je pensais ? A quoi tu rêvais pendant que je bricolais ? Il faudra vraiment que je fasse tout à ta place ? Si nous perdons du temps comment tu veux qu’il passe ? Tu ne l’as pas trouvé pendant que tu rêvais ? Tu crois vraiment qu’on peut continuer comme ça ? Ça ne te ferait pas du bien de sortir un peu? Et quand je suis dehors c’est toujours pareil, ça continue à parler car je ne sais jamais si je suis vraiment complètement sorti. Il y a bien toute cette foule, mais elle court à oreilles rabattues et n’en laisse jamais traîner une pour m’entendre un peu.

Murielle Compère-Demarcy à Jean-Claude Goiri :

Incroyable ! J'ai cru entendre le JE & le TU avec qui je parlais pas plus tard que ce matin. Vous y étiez, sans doute...

Non pas un Soliloque puisqu'il y est, l'Alter Ego ; non plus une tirade, puisqu'il n'y est pas en chair le public ; un monologue où l'Autre est Loch, Ness et Soi. Excellent !

Tag(s) : #Le Texte du Jour

Partager cet article

Repost 0