Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je marche nous marchions

le geste transi

debout / notre sang circulant

sous nos pelisses douces

Nous marchions / sans frilosité

soûls /

des herbes à mâchonner /

Infos à grignoter / réchauffer

dans les poings du silence / forcé

Des informations carburant

dans nos poings rentrés /

dans nos poings rentrés sous les plis

d'une enveloppe de terre / maltraitée

Renflements sourds /

de blessures mal

cicatrisées

Nos poings prêts /

à exploser

mais nos mains saines /

encore sereines

chirurgiennes d'une grande synesthésie

/ mentale

pour mieux pouvoir /

nous travailler / nous réveiller

aux aubes incertaines

végétales / animales

Loin de leur Geste

d' ignominie commerciale

-piètres & peureux chevaliers

sans foi ni désirs

autres que leurs vœux exaucés

sans vertiges ni féal

suivant le fil distordant /

de leurs courses vénales

Nos mains sereines / travaillant

grandes chirurgiennes d'une pleine synesthésie

cérébrale

& sentimentale

pour notre peau / humer

pour notre peau / respirer

notre peau reformée

à la gravure des mots

dans l'encre des blessures

de nos globules gravées

sur les canaux traversant

/ irriguant

la pierre & le feu

majestueuses fluidités /

terreau vrai / de nos enjeux

Ce paysage de lumières /

qui nous prend /

qui nous traverse

saisissant le cœur /

le corps d'écume

de la mer

en ses pointes fines

en ses herbes noires /

sauvages /

infimes dentelles

de mouvance /

infiniment mêlées

dunes / affluents

ravinant vers la source

jusqu'aux confins fouaillant

le Large & l'intimité /

même fourvoyés /

de nos clairs-obscurs

éclaireurs-tempête

de nos frustes passages---

Murielle Compère-Demarcy, 29/01/2015

Tag(s) : #Le poème marcheur ou la marche du poème

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :